• Accueil site public

Dossiers

Les enfants face aux écrans

Les enfants face aux écrans

Le temps consacré chaque jour à la télévision ne cesse d’augmenter.

51% des enfants de 0 à 36 mois regardent la télévision et dès 4 ans, ils la regardent en moyenne 2H15  chaque jour.

Il est temps de s’interroger sur l’influence réelle du petit écran.

 

 
 

Troubles du comportement et du développement psychomoteur de l’enfant liés à  la consommation télévisuelle :

 

Face aux images, les enfants sont plus sensibles et fragiles que les adultes. Un adulte sait qu’une image projetée dans son salon ne se passe pas en temps réel, pour l’enfant, l’image se produit ici et maintenant.

L’enfant mis face à des images qui vont trop vite par rapport à sa capacité à les assimiler, peut être excité car il n’arrive pas à leur trouver un sens

Chaque minute de plus passée devant l’écran augmente dangereusement la tension intérieure de l’enfant et c’est, évidemment au moment où l’adulte éteint la télé que la crise survient : ce ne sont pas des signes d’« addiction » mais de surcharge émotionnelle.

Devant un écran, l’interaction est impossible : si un personnage à l’écran sourit, le bébé va sourire à son tour mais le visage à l’écran ne va plus se modifier en retour. Puis, il apparaît tout autre chose à l’écran, si bien que la situation émotionnelle dans laquelle l’enfant se trouvait est rompue.

Sans bouger, les yeux rivés sur l’écran, l’enfant doit gérer une instabilité qui le dépasse.

 

tablette

Retentissement de la consommation télévisuelle dans le jeu et la construction de la relation à l’adulte :

 

Pour un bon développement psycho moteur, l’enfant doit utiliser ses 5 sens en s’appuyant sur la relation avec un adulte disponible.

Or,  la télévision réduit la quantité et la qualité des interactions adultes-enfants.

Lorsqu’il joue avec un adulte, l’enfant va avoir accès à des expériences sensorielles et motrices: si l’on s’installe sur une pelouse avec un enfant pour découvrir une marguerite, on va ramper jusqu’à la fleur, la toucher, rire, expliquer à l’enfant que ce n’est pas forcément une bonne idée d’arracher tous les pétales, il y a alors réalité de partage et d’expérience.

 

La télévision risque de faire oublier que pour apprendre, l’important c’est la relation avec les adultes.

 

Lorsqu’un enfant joue à faire semblant, il prend plaisir à s’inventer des histoires. L’enfant,  qui n’est pas capable de jouer, éprouve beaucoup  plus de difficultés pour gérer les moments pénibles auxquels il est confronté. Il est tenté de gérer ces déceptions et ces frustrations par le déni ou la violence, et souvent par les deux.

 

Retard de langage et difficultés scolaires chez les enfants exposés précocement à la télévision

 

La télévision est une enseignante bien peu efficace en matière de langage.

Quand le téléviseur est allumé, l’enfant entend moins de mots. Il s’exprime moins et prend part à un nombre plus limité d’échanges avec ses proches.

Or, c’est avant 3 ans que le langage se développe, ce qui est déterminant pour la suite de son acquisition.

La télévision entraîne une réduction du temps passé à lire et un affaiblissement des performances scolaires.

 

Et la liste des effets négatifs est encore longue…

 

Près d’un tiers des enfants de 0 à 3 ans mangent devant une télé, un ordinateur ou une tablette, ce qui provoque l’altération de la convivialité des repas, si importante à cet âge.

La télé présente aussi des effets sur l’obésité à travers la publicité, le grignotage, la sédentarité ….

La télévision perturbe également le sommeil :

Plus un enfant regarde la télé, moins il dort quantitativement et qualitativement  présentant des nuits agitées,  crises d’angoisse, difficultés d’endormissement, refus d’aller au lit, cauchemars et/ou réveils multiples. Même si l’enfant ne manifeste aucun signe de peur au moment où il voit une image qui le choque, ce qu’il a vécu peut resurgir dans diverses situations, une fois la lumière éteinte.

 

KIDS IPAD

Quelques conseils pour un bon usage des écrans :

 

La télévision place l’enfant dans une position passive qui peut nuire à son développement. Les spécialistes de la petite enfance la déconseillent donc formellement.

L’initiation aux outils numériques doit être progressive, en tenant compte des capacités de l’enfant.

 

Avant trois ans, pas d’écran !!!

 

Le cerveau des petits est une véritable éponge : il absorbe tout ce qu’il voit. Affirmer que les écrans sont sans danger car « l’enfant ne comprend pas » est faux !

Après trois ans, il faut privilégier les séquences courtes (10 minutes) et ne pas laisser l’enfant seul devant l’écran : il est important que les adultes accompagnent les enfants dans leur découverte du monde des images et puissent parler avec eux.

L’enfant attend de l’adulte qu’il mette sur les images des mots qui lui sont directement destinés.

Suivre la loi du plus petit : on regarde en famille seulement ce que le petit peut voir.

Ne jamais installer la télé dans la chambre d’un enfant pour ne pas l’isoler de la vie familiale et empêcher l’adulte de savoir ce qu’il regarde

 

Conclusion :

 

Nous sommes tous concernés par l’envahissement d’outils technologiques dans les foyers : il est illusoire d’imaginer que nos enfants puissent grandir sans eux.

Il est donc difficile aux adultes de dire aux enfants de moins regarder la télé, mais apprenons à la  regarder différemment, et surtout pas comme un reflet de la réalité.

Plutôt qu’interdire et diaboliser, il est préférable de poser des limites, de réduire les temps d’audience et de proposer systématiquement une alternative.

 

Dire non est donc possible si on est prêt à donner de l’attention en échange

 

 « Un peu de télé en moins, c’est beaucoup de vie en plus » Michel DESMURGET

 

Pour en savoir plus :

- « Les dangers de la télé pour les bébés » - Serge TISSERON- Editions Erès

- « TV lobotomie » - Michel DESMURGET- Editions max Milo

- « L’enfant au siècle des images » Claude ALLARD- Editions Albin Michel

- Délibération du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel n° 2008-85 du 22 janvier 2008, parue au Journal Officiel de la république française, texte 82 sur 120 le 20 Août 2008

http://www.sante.gouv.fr/direction -generale-de-la-sante-dgs.html

http://www.academie-sciences.fr/

Retour à la liste